Jeu de guerre à l’école secondaire de Saint-Anselme

Pour bien marquer le centième anniversaire de l’Armistice, soulignant la fin des hostilités de la Première Guerre mondiale le onzième jour du onzième mois, à la onzième heure et connu aussi depuis longtemps maintenant sous le vocable du jour du Souvenir, l’école secondaire de Saint-Anselme tient en ses murs, depuis la mi-novembre, un tournoi du jeu de Joffre qui, lui aussi cette année soulignons-le, a cent ans d’existence!

Plus de soixante élèves de tous les niveaux se disputent ainsi la victoire dans ce jeu de cartes de guerre amical ramené par le soldat Onésime Laliberté de Saint-Anselme ayant participé à la Grande Guerre de 1914-18.

Pour oublier l’horreur ou éventuellement pour passer le temps lors des longues périodes d’attente dans les tranchées boueuses et infestées de rats avant les attaques ou les assauts, le militaire Laliberté, engagé volontaire en 1915 et blessé plus tard au front, a utilisé un jeu de cartes où s’affrontaient les puissances, les généraux et les dirigeants rivaux de l’époque.

Jeu très connu et très apprécié dans Bellechasse, depuis le retour du militaire Laliberté en 1920, sa popularité ne semble pas se démentir depuis ce temps.  Toutefois, il ne semble pas avoir franchi les frontières du comté.  Ironique qu’un jeu à visée internationale ne soit confiné qu’à la région immédiate.

Ainsi, au moment du dîner, la Salle-Amis ou la cafétéria se transforment pour l’occasion et pour quelque temps en un champ de bataille où les camps ennemis s’affrontent dans des combats non violents où les vainqueurs devraient être connus en décembre 2018.

Pouvait-on imaginer une telle destinée pour un jeu né dans la boue et le sang?

Étienne Poulin, enseignant